REALISM'AQUETTES

REALISM'AQUETTES

LE BELEM : SON HISTOIRE

Construit par les chantiers navals Dubigeon à Chantenay-sur-Loire à la demande de l'armement Crouant, le Belem est fin prêt à prendre la mer six mois pus tard, en juin 1896. Le 31 juillet il quitte Saint-Nazaire à destination de l'Uruguay et du Brésil, avec pour mission de ramener en France un important chargement de cacao pour l'entreprise Menier. Cette première traversée connaîtra de nombreux incidents, mais c'est aussi le début d'une formidable aventure pour ce majestueux et rapide trois mâts. 

 

 

Lors de sa deuxième traversée c'est au capitaine François Rioual, alors agé de seulement de 26 ans qu'est confié le commandement du Belem. Pour les trois voyages qui vont se succéder c'est le commandant Dolu, un "ancien" qui prend la barre. En deux ans seulement, le Belem effectuera quatre traversées ponctuées de nombreux rebondissements. C'est durant sa cinquième traversée qui a lieu à la fin de la guerre entre les Etats-Unis et l'Espagne que le Belem accostera pour la première fois en Martinique afin d'y charger du sucre et du tafia.  

 

 

En 1899, le capitaine Juien Chauvelon, alors agé de 24 ans, prend le commandement du Belem qui enchaîne les voyages vers le Brésil pour le cacao, en Guadeloupe et à la Martinique pour  le sucre. Le 8 mai 1902 le Belem échape miraculeusement à la destruction lors de l'éruption de la Montagne Pelée.

 

Le Belem faisant escale à la Martinique.

 

En 1906, le Belem devient la propriété de l'armement Demange Frères et 3 ans plus tard, il est l'un des plus beaux fleurons de la Sociétés des Armateurs coloniaux. Jusqu'en 1914, le Belem sera utilisé pour ravitailler l'administration et les bagnes de Cayenne en Guyane. C'est en février 1914 que cette mission prendra fin lorsque le Belem est racheté par le duc de Westminster.

 

 

Le Belem subit alors de nombreuses modifications afin d'en faire un navire de plaisance, comme l'installation de deux hélices propulsées chacune par un moteur. Il reprend la mer une fois la Première Guerre mondiale terminée avec le prestigieux White Ensign. En 1921, le voilier est une fois de plus mis en vente. Il est racheté par un riche brasseur irlandais, Arthur Ernest Guinness qui le rebaptise Fantôme II. C'est sous ce nouveau nom que l'ex Belem reprend la mer pour un tour du monde.

 

 

C'est en 1952 que le Fantôme II est racheté par le Sénateur Italien Vittorio Cini. Il devient alors bateau-école sous pavillon italien et navigue dans l'Adriatique jusqu'au milieu des années 60. Il devient ensuite propriété des chantiers navals de Venise. Puis grâce à Luc-Olivier Gosse, un amoureux de la voile et médecin à Grenoble et avec l'aide de l'Union Nationale des Caisses d'Epargne de France, le vieux voilier retrouve ses couleurs françaises d'origne en 1979 sous le nom de Belem. 

 

LA FONDATION BELEM

 

 




05/10/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres